La vérité sur l’empreinte carbone des TIC

L’industrie du numérique est aujourd’hui confrontée à un challenge majeur. Alors que l’utilisation des technologies informatiques et des appareils électroniques ne cesse d’augmenter, l’empreinte carbone doit diminuer. Le rapport Ericsson « Guide de votre empreinte carbone numérique » lève de nombreuses zones d’ombre sur l’empreinte carbone des TIC. Il évalue les émissions directes de gaz à effet de serre liées à la fabrication, à l'utilisation et à la destruction des technologies de l'information et de la communication (TIC).

La vérité sur l’empreinte carbone des TIC

Directrice marketing et communication

Directrice marketing et communication

Category & Hashtags
Category
Hashtags
#sustainability

Chez Ericsson, nous prenons très au sérieux les problèmes écologiques. Börje Ekholm, notre PDG a lancé un appel fort, lors du forum de Davos 2020. Il s’est adressé aux gouvernements, aux régulateurs et aux acteurs de l’innovation, pour leur demander d’agir rapidement pour garantir un monde plus durable grâce à la 5G.

Aujourd’hui, la situation est critique. Les actions passées, les habitudes industrielles et technologiques ont laissé une trace presque indélébile sur la planète. Mais avant d’agir, il convient d’identifier les bons et les mauvais élèves de la transition climatique. Notre rapport « Guide de votre empreinte carbone numérique », permet d’évaluer l’impact écologique réel des TIC.

 

L’empreinte carbone du secteur des TIC : plusieurs idées reçues

Depuis 20 ans, des équipes de R&D au sein d’Ericsson cherchent des solutions plus respectueuses de l’environnement. Notre rapport révèle que les émissions de carbones liées aux TIC s’élèvent à 1,4% dans le monde, soit 730 millions de tonnes d'équivalent au CO2 (Mt CO2-eq). Mais, contrairement à de nombreuses croyances, les technologies de l'information et de la communication sont loin d’être l’industrie la plus énergivore. Engagés dans combat pour des technologie plus propres, nous sommes convaincus que l’industrie des TIC a un immense rôle à jouer dans les décennies qui s’annoncent

 

Les voyages aériens ont un impact plus important que les appareils numériques

Le secteur des TIC produit approximativement autant de CO2 que la combustion de carburant dans le secteur aéronautique (800 millions de tonnes de CO2 en 2015). Mais la portée est loin d’être la même, en effet, alors que près de 70% de la population mondiale possède un appareil électronique, seulement 10% d’entre elle voyage en avion. Autrement dit, en prenant l’avion, un individu produit près de 1059 particules de CO2 contre « seulement » 138 particules par utilisateur de moyen de télécommunication.

 

Le streaming et la vidéo sont bien moins énergivores que ce que l’on pense

De nombreuses idées reçues circulent sur l’impact énergétique du streaming et de la vidéo. On dit parfois que la diffusion de vidéos en continu et le téléchargement de musique consomment d'énormes quantités d'énergie. Pourtant, la diffusion en continu de 400 films de deux heures sur un ordinateur portable connecté à un écran externe consommerait autant d'électricité qu'un réfrigérateur moderne en un an.

Autre exemple, l'électricité utilisée pour conduire une voiture électrique pendant environ 0,6 km est égale à l'électricité utilisée pour diffuser une vidéo de 2 heures sur un ordinateur portable (réseau et centres de données inclus).

Plus de raison de culpabiliser en regardant vos youtubers préférés ou les dernières séries sur les plateformes de streaming.

 

Comment réduire notre impact ?

Chez Ericsson, nous pensons qu’il est important de considérer dans sa globalité le problème du changement climatique et les actions à mener. D’une part, les TIC permettent la dématérialisation de nombreux outils et pratiques, nous donnant ainsi la possibilité de réduire nos déplacements, notre consommation de papier … en quelques mots, notre impact sur la consommation de ressources. D’autre part, 80% de l’empreinte carbone des TIC pourrait être réduite si les industriels et les usagers utilisaient exclusivement de l’électricité produite à partir d’énergie propre. 

A Davos, nous avons pris l’engagement avec d’autres industriels de réduire de moitié les émissions du secteur d'ici 2030. A l’heure où l’ensemble des acteurs économiques se numérisent, l'empreinte des TIC est relativement faible par rapport à ses bénéfices potentiels. Cela fait des TIC un joker de l'économie - La technologie pourrait être aussi un outil utile pour aider à réduire l’empreinte carbone dans les autres secteurs.

 

Pour aller plus loin, consultez notre rapport complet.

 

The Ericsson Blog

Like what you’re reading? Please sign up for email updates on your favorite topics.

Subscribe now

At the Ericsson Blog, we provide insight to make complex ideas on technology, innovation and business simple.