Danger des TIC : Quelles réponses aux peurs des consommateurs ?

Depuis le télégraphe électrique jusqu’aux smartphones, les Technologies de l’Information et la Communication, aussi appelées TIC ont joué un rôle central pour dessiner le monde dans lequel nous vivons et communiquons.

Category & Hashtags

En effet, pour discuter, travailler, partager des informations, interagir, cuisiner, trouver son chemin, écouter de la musique… nous utilisons systématiquement, consciemment ou non, des TIC. Pourtant de nombreux consommateurs restent préoccupés par les supposés dangers des TIC.

Ce phénomène est d’autant plus marqué avec la montée en puissance de l’IoT (Internet des Objets) qui, soutenu par le déploiement de la 5G, promet de grandes transformations dans nos quotidiens. Votre réfrigérateur fera bientôt votre liste de courses, votre voiture analysera le trafic pour vous conseiller le meilleur itinéraire… Nous sommes à l’aube d’une révolution technologique majeure. 

Cependant, selon notre rapport Ericsson Consumer & IndustryLab 2020, certains consommateurs expriment quelques réserves. Quel est le véritable danger des TIC ? Revenons en détail sur les craintes des consommateurs et tâchons de leur apporter quelques réponses. 

Pourcentages des personnes exprimant des craintes sur certains aspects des TIC

 

Danger des TIC, des craintes en matière de sécurité en ligne 

1 personne sur 2 exprime des réserves vis-à-vis des capacités des TIC à préserver leur vie privée et garantir la sécurité de leurs données. 

Nous nous sommes intéressés de plus près à ces craintes dans ce rapport. Il scinde cette statistique en deux dimensions : 

  • Sécurité des données sensibles 
  • Risque de hacking et de harcèlement en ligne 

Bien que ces craintes puissent être justifiées par de nombreux exemples d’entreprises ou personnes influentes ayant été victimes de cybercriminalité, elles sont bien souvent évitables.    

Pour cela, misez sur trois stratégies :  

  • Informez-vous et informez votre entourage sur les risques pesant sur vous ou votre entreprise.  
  • Adoptez les bons réflexes pour réduire le risque de cyber-attaques : minimisez les données sensibles que vous partagez sur les réseaux, changez vos mots de passe régulièrement, utilisez des VPN, téléchargez des pièces jointes avec diligence… Nous vous conseillons de lire le dernier rapport Cyber publié par Hiscox Assurances pour en savoir plus. 
  • Investissez. En tant qu’entreprise, anticipez et prévenez les attaques en utilisant des solutions de sécurité complètes afin de sécuriser vos données et vos applications dès le début de vos projets. Swisscom, par exemple, leader en fournisseur de réseaux en Suisse, est en train de déployer notre solution Ericsson Security ManagerUne solution permettant d’automatiser la sécurité de ses infrastructures technologiques, tout en gagnant en visibilité et en contrôle en cas de sinistre. 

Pour en savoir plus : From the edge to sustainability: five IoT trends driving change in 2020.  

 

Notre étude soulève également des réserves sur le plan économique 

Durée de vie et obsolescence programmée en question pour 42% des répondants 

Les Technologies de l’Information et la Communication sont bien souvent onéreuses ; notamment pour l’achat d’un smartphone dernier cri, d’un ordinateur, d’une tablette graphique, d’un serveur… Face à des coûts non négligeables, il est assez évident que les utilisateurs aient des réserves vis-à-vis du temps de vie de leurs objets et outils. La relation entre investissement et durée de vie apparaît donc comme un facteur décisif. 

  

Les coûts de maintenance pour 39% des répondants 

De par leur complexité technologique, les TIC présentent des coûts de maintenance parfois élevés. Mais il est important de comparer les coûts de maintenance par rapport au prix d’achat d’un appareil neuf.  

Par ailleurs, il est de plus en plus commun d’opter pour une démarche Green en favorisant l’économie circulaire plutôt que la consommation de masse. Il sera, parfois, plus intéressant de lier des composants plus vieux avec des composants nouvelles générations que de renouveler tout le parc technologique.  

Le réseau mobile en est le parfait exemple. L’entretenir représente des investissements massifs, notamment lorsqu’il va s’agir de déployer la 5G pour gagner en débits. En construisant des solutions de mise à niveau des infrastructures 4G, Ericsson permet de réduire les coûts de maintenance des infrastructures réseaux tout en accélérant le processus de mise en service.  Pour en savoir plus : Ericsson en 2019 : retour sur une année riche pour la 5G. 

   

Danger des TIC pour l’environnement, des craintes exprimées par 1 personne sur 3 

36% des répondants pensent que les TIC sont très énergivores 

La production, l’installation ou l’utilisation des TIC consomme bien entendu de l’énergie, mais dans des quantités bien moindres que ce que de nombreux consommateurs pensent. De plus, la consommation énergétique des nouvelles technologies n’est pas exponentielle. De nombreuses recherches permettent d’améliorer les technologies au fil des sorties des nouveaux produits, d’introduire sur le marché des solutions plus respectueuses de l’environnement. 

Notre rapport Ericsson Consumer & IndustryLab 2020 a interrogé les consommateurs au sujet de leur perception de la consommation énergétique d’actions du quotidien. Le graphique ci-dessous permet de démêler le vrai du faux. De quoi remettre en question nos habitudes de consommation ! 

Impacts environnementaux d'activités triés selon les consommateurs  et selon la réalité.

 

Ainsi, au forum de Davos 2020, notre PDG Börje Ekholm annonçait les engagements d’Ericsson pour briser la courbe de l'énergie. Au côté des nombreux acteurs présents sur ce forum, nous nous sommes engagés à agir afin de limiter notre impact sur l’environnement. Certaines nouvelles technologies, comme la 5G, seront un instrument essentiel pour limiter le réchauffement climatique à 1,5° comme le recommande le GIEC. 

  

L’impact de la production des TIC sur l’environnement pointé du doigt par 34% des répondants.

Si l’impact de la production des TIC n’est pas nul, il reste bien souvent modéré. Notre étude sur l’empreinte carbone des TIC réalisée par Ericsson Research s’est intéressé à ce point précis. Il apparaît que les technologies ayant un cycle de vie plutôt court tels que les smartphones ou les tablettes produisent autant d’émissions carbone pendant leur phase de production que pendant celle d’utilisation. Cependant, cette statistique révèle surtout que les nombreuses innovations technologiques ont permis d’améliorer grandement les rendements énergétiques des TIC. Selon le rapport de l’Académie des technologies publié en 2015 par EDP Sciences, la hausse de la consommation d’électricité reste inférieure à la croissance du temps d’utilisation de ces technologies.   

C’est pourquoi, nous encourageons nos partenaires et nos clients à favoriser une approche circulaire : réparer plutôt que remplacer. Renouveler les objets après plusieurs années d’utilisation permet de réduire votre empreinte carbone significativement.  

Par ailleurs, bien souvent, les TIC permettent de simplifier et d’optimiser d’autres activités. Il est donc important d’adopter une vision holistique de l’impact des TIC dans votre vie. En contrepartie de l’électricité et des composants nécessaires à leur construction et leur utilisation, les TIC vous font économiser sur de nombreux plans : réduction des déplacements physiques, économie de papier… 

Pour en savoir plus : La vérité sur l’empreinte carbone des TIC 

 

Source: Ericsson Consumer & IndustryLab, Consumers, the climate and ICT study (January 2020) Base: Internet users aged 15–69 years old within Australia, Brazil, China, Germany, India, Malaysia, Russia, Saudi Arabia, South Africa, Spain, the UK and the US 

The Ericsson Blog

Like what you’re reading? Please sign up for email updates on your favorite topics.

Subscribe now

At the Ericsson Blog, we provide insight to make complex ideas on technology, innovation and business simple.